TOUS LES ROBOTS S’APPELLENT ROBERT et les IA Paul

DÉCOUVREZ LE PROJET

SUIVEZ LE ROMAN PROSPECTIF DE L’ÉTÉ 2019

Au Bastion, Génie et ses quatre collaborateurs accueillent Paul, le poulpe de prédiction des crimes. Manque de chance, cette intelligence artificielle prédit des crimes à la « Nouvelle intelligence », la résidence où vit, Maléfik, la mère de la Génie

Ce roman prospectif est l’occasion d’imaginer et de mettre en scène une centaine de concepts, services et objets de demain et après-demain. Découvrez-les chapitre après chapitre.

 

4. Chronique de morts annoncés

Des morts sont annoncés dans la résidence de la Nouvelle intelligence. Paul s’emmêle les tentacules pour faire une prévision qui claque.

Quand je rentre dans mon bureau, j’ai un moment stupeur : Paul n’est plus dans sa cage. Je le cherche du regard et finis par l’apercevoir posé sur mon fauteuil.

— Qu’est-ce que tu… vous faites ? Comment êtes-vous sorti ? Oui, Robert… C’est cela, un Robert vous a aidé. C’est étonnant, finis-je par bredouiller.

— C’est surtout bien de s’étonner de pouvoir toujours s’étonner, réplique Paul. Je regarde les tendances de la mode pour la police. C’est intéressant.

La France va mal. Depuis que Trump a construit son mur pour séparer son pays du Mexique, il a fait de nombreux émules. Aujourd’hui, le pays est emmuré. Après l’Italie, la Suisse, l’Espagne, l’Allemagne, la Belgique ont construit leurs murs pour limiter le passage des migrants. Le seul moyen de s’échapper par les terres est de passer par le Luxembourg. Vu le prix des péages, il faut avant braquer une banque. Nombreux tentent leur chance. Les autres se révoltent, car ils suffoquent dans un hexagone trop exigu.
Le Ministre de l’intérieur semble peu concerné par les émeutes. Il préfère s’intéresser à la manière dont vont s’habiller les fonctionnaires de police.

Sur l’écran, notre référent national affiche le sourire satisfait de celui qui a réussi à faire contenir le flux de ses pensées sur un post-it.

Applaudissons les collègues qui ont accepté aujourd’hui de se faire le porte-parole en matière d’évolution vestimentaire, dit-il. Accordez-leur le maximum d’attention et votez ensuite pour celle qui retient votre attention.

Bonjour à tous, je suis Milenos du service de protection des robots. Votez pour moi et pour la fringouche (10). Ne perdez plus votre temps à chercher la deuxième chaussette, à hésiter entre la jambe du pantalon à enfiler en premier ou à assortir les couleurs. Vous serez vêtue en dix secondes grâce à une douche de nanoparticules. Ces composants se modifieront la couleur et la texture de votre habillement en fonction de votre programme de la journée. Sans y prêter garde vous passerez de l’uniforme à la tenue de camouflage. Avec la fringouche, vous taillez des shorts à vos stress matinaux. Vous ne passez plus des heures devant votre placard, vous vous levez en chantant « dressing in the rain ».

Bonjour les amis. Je suis Doxit du service des objets roulants autonomes. Si comme moi, vous n’avez pas envie que des drones vous perforent le crâne, des cambrioleurs espionnent vos conversations, des malfaisants vident votre banque de données numériques, optez par les anti-ondes. Enfin, vous ne serez plus surveillé par les criminels !

— Moi, je vote pour les fringues anti-ondes, dit Tino qui vient de rentrer dans mon bureau. Les derniers insectes-espions ont la taille d’un moustique. De plus, avec les dernières recherches, ils peuvent se reproduire.

— A quelle heure aura lieu la prédiction ? demande Éliane qui vient de rentrer.

— Dans quatre minutes, dis-je en éteignant l’écran.

— Sérieusement les collègues, vous croyez vraiment qu’une intelligence artificielle peut prédire des crimes  sans faire d’erreur ? demande Éliane qui vient d’entrer.

— Éliane, tu dates. C’est une question qu’on se posait il y a 15 ou 20 ans, plus aujourd’hui, rétorque Tino.

— Certes, on ne se pose plus la question, mais les IA continuent à prévoir n’importe quoi ? dit Éliane.

Éliane a raison. Leur erreurs viennent du fait qu’elles ne peuvent pas intégrer l’imprévisible dans leur raisonnement. Elles fonctionnent comme si le monde est sur des rails et qu’il n’y a pas d’aiguillages qui vont modifier la direction. En clair, Paul peut prévoir les cambriolages organisés par quelques petits malfrats sans imagination qui chaque samedi soir se font l’appartement d’une vieille avant d’aller montrer leurs derniers tatouages dans une soirée télé-réalité. En revanche, jamais il ne dira qu’un Julot va braquer une banque parce que sa femme ne supportant plus de tirer le diable par une queue toujours trop molle a décidé de se faire son boss.

— Si c’était le cas, la police n’investirait pas dans des intelligences artificielles, dit Tino.

— Tino, descends de la Lune, s’exclame Éliane. Quand une intelligence artificielle prédit un crime, on envoie une brigade sur place. Le crime n’a pas lieu. On pond alors un ronflant rapport indiquant que l’IA a empêché un crime. Et si le crime a lieu, on fait aussi un rapport vantant les mérites d’une IA qui a si bien prédit le crime. Avec cet habile stratagème, la côte des Paul augmente.

Personne ne commente les propos d’Éliane. Ici, tout le monde sait que la principale prouesse des intelligences artificielles est de faire croire qu’on ne peut pas se passer d’elles.

À ce moment, Lyne entre dans la pièce sur sa trottobèse (11) en hurlant :

— Est-ce que Madame Irma  a parlé ?

— Lyne, les intelligences artificielles ne lisent pas l’avenir dans le marc de café, réplique Alfa, visiblement offusqué. Elles ont une démarche scientifique. Leurs prévisions résultent des corrélations réalisées à partir du traitement de millions de données.

— On l’appelait Madame Irma là-bas, dit Lyne. Je ne sais pas pourquoi, mais cela faisait rire les chercheurs chinois.

— Paul va parler dans une minute. Quels que soient vos états d’âme, notre service devra considérer ses prévisions comme justes et agir en conséquence, dis-je pour remettre les points sur les i.

Dans le bocal, Paul s’étire, nous dévisage l’un après l’autre. On n’entend aucune mouche voler. Personne ne s’en étonne. Avec le réchauffement climatique, elles ont toutes disparu. Nous l’observons et attendons qu’il donne le signal pour respirer.

— C’est dingue, reprend Éliane. On dirait que l’enfant de la fée clochette et de Shrek va prononcer une homélie place Saint-Pierre.

Un grand coup de gong interrompt Éliane.

— Chers membres de ProméthIA, il y aura des morts dans des jours dans la résidence la Nouvelle intelligence, dit Paul avec une voix de ténor enroué.

— Combien de morts ? demande Tino.

— Des, répond Paul.

— Dans combien de jours ? demande Éliane. Il faut préciser. Si c’est demain ou dans dix ans, ce n’est pas pareil.

— Des jours.

— Paul, dans une prévision, il faut préciser le nombre de morts et de jours, dis-je.

— Des morts, des jours, reprend Paul.

Je me tourne vers Alfa qui secoue la tête et dit :

— C’est à cause du filtre « chiffreadireoupa ». Il a éliminé toutes les informations chiffrées. Il n’a pas fait la différence entre les informations chiffrées privées et celles qui sont du ressort de sa mission.

— Je vois, dit Alfa. C’est embêtant. On ne peut pas revenir en arrière. Il faudra lui réapprendre à fournir des informations chiffrées.

— Robert, allume le mur-écran, ordonne Paul.

La présentation des tendances de la mode de la police continue.

Soisy affectée à la disparition des avatars. Le monde est cruel. Les chats ont sept vies, les avatars trois, mais les humains n’en ont qu’une. Rendons-la plus douce avec des vêtements câlins. Dès qu’ils sentent des stress, ils nous massent avec des crèmes apaisantes.

Postez vos commentaires ou envoyez-les par mail. Découvrez le projet.

10. Fringouche

Douche d’habillement

La fringouche est une projection de nano-particules servant à l’habillement; Le textile s’adapte au programme de l’utilisateur. En moins d’une seconde, il prend la forme et la texture d’un nouvel habillement.
La fringouche est une aubaine pour ceux qui passent des heures devant leur placard à choisir leurs vêtements. Ils peuvent se détendre sous la douche en chantant « dressing in the rain ».

11. Trottobèse

Trottinette électrique.

Ce mode de transport qui s’est développé à partir de 2018 a engendré une génération d’obèses. Au lieu de marcher 10 mètres, les adeptes enfourchent leur véhicule. Pour cette raison, on a fini par la nommer ainsi.

Abonnez-vous pour suivre l’aventure