PROSPECTIVE-FICTION

Fièvres de cheval

Février 1900, Hans le malin et Calimino broutent dans un champ. En regardant une automobile passer, Calimino hennit :

— Les autos vont nous piquer le boulot. J’ai entendu dire qu’ils vont fabriquer des 2chevaux et des 4ailes qui remplaceront les animaux. On va tous finir à la boucherie !

­— Arrête de ruminer, répond Hans le malin. Tu me rappelles mon grand-père. Il me chialait dans la crinière quand les trains ont remplacé les diligences. Il disait qu’on allait tous devoir passer notre vie à tourner en rond pour faire fonctionner des pompes.

— Hans, enlève tes oeillères. Le moteur à combustion se développe. Des agriculteurs investissent dans des chevaux mécaniques qu’ils appellent tracteurs.

— Oh, avec l’arrivée de la voiture, on aura besoin de nous pour de nouveaux jobs. Depuis la nuit des temps, ça trotte comme cela.

— À oui, lesquels ? souffle Calimino. Si tu crois qu’on va tous devenir des chevaux de course, tu te fourres le sabot dans l’œil ! C’est réservé à ceux qui ont été élevés avec des mangeoires en argent… La roue du progrès va nous broyer.

— On peut aussi se préparer à ces changements.

— Et comment ?

— Moi, je prends des cours d’empathie. Je parie que les hommes voudront toujours chuchoter dans les oreilles de chevaux qui ont de bonnes manières.

Quelques dizaines d’années plus tard, Hans le malin se souvient de Calimino. Comme des millions de chevaux devenus inutiles, il a été servi en tartare. Quant à lui, grâce à sa formation, il est devenu cheval de manège. Aujourd’hui, les arrière-petits-poulains d’Hans le malin racontent cette histoire aux humains qui se demandent si des machines vont les remplacer dans les boxes de l’emploi.

LE FUTUR SE DISCUTE
Les études s’accumulent. S’appuyant sur rien de bien solide, les prévisions vont du pessimiste paralysant à l’optimiste triomphant.

  • 50 %, 60 %, 85 %, 92 % des emplois qui existeront en 2030 n’existent même pas encore aujourd’hui !
  • L’intelligence artificielle va détruire des millions d’emplois ou a contrario créer pléthores de nouveaux jobs

S’il ne faut pas prendre tous ces chiffres au pied de la lettre, ils créent un climat d’inquiétude. Les parents et autres éducateurs sont perdus. Ils se demandent comment aider leurs enfants à envisager un avenir professionnel serein. Quelques conseils pour vous aider à échanger de manière positive sur le futur de l’emploi.

Ne demandez pas à vos enfants ce qu’ils veulent faire plus tard.

Ils ne peuvent vous répondre qu’en citant des métiers qui existent aujourd’hui. Vous allez donc enfermer leurs imaginaires professionnels dans un passé qui sera vite dépassé. Rêvant pendant des années d’exercer un métier qui n’existera plus lorsqu’ils seront en âge de l’exercer, ils tomberont de haut. Ils peuvent aussi oublier de regarder du côté des nouveaux métiers.

Aidez-les à repérer les métiers qui risquent de disparaître.

On trouve en priorité les métiers qui consistent à effectuer des tâches répétitives et structurées. C’est la caissière. Elle est payée pour passer les codes des produits devant la machine et encaisser l’argent des consommateurs. La machine peut effectuer cette tâche. Cela pourra aussi être la réceptionniste d’hôtel.

  • En Chine, les hôtels Marriott testent un système de reconnaissance faciale pour que les clients s’enregistrent et accèdent automatiquement à leur chambre.

Des métiers nécessitant des diplômes élevés peuvent aussi prendre place sur le siège éjectable. Les intelligences artificielles pourront remplacer : Les radiologues

  • Selon l’assureur Wellpoint, Watson, l’intelligence artificielle d’IBM, diagnostique un cancer du poumon avec un taux de réussite de 90% contre 50% pour un médecin.

Les journalistes

  • Washington Post recourt aux services de Heliograf, une intelligence artificielle pour écrire des articles. Heliograf a déjà signé plusieurs milliers de textes, en couvrant des actualités politiques et sportives.

Les traducteurs

  • Les 800 pages de « Deep learning », livre de chevet d’Elon Musk, ont été traduites en moins de douze heures par une intelligence artificielle construite par l’expert français Quantmetry avec la startup allemande DeepL

La créativité peut même aussi être un processus automatisable.

  • Benjamin a été nourri de scénarios de films comme 2001, l’Odyssée de l’espace, Le Cinquième Élément, X-Files, Abyss ou Star Trek. Après avoir repéré les points communs entre ces films, ce « scénariste intelligent » a écrit ses scénarios.

Précisez-leur que ce n’est pas parce que ces métiers sont automatisables qu’ils le seront

En prenant en charge une partie des tâches, la majorité des métiers vont évoluer. On peut envisager que :

  • Le radiologue ait plus de temps pour discuter avec le patient et décider du traitement.
  • La caissière incite désormais les clients à consommer intelligents et responsables.
  • Le traducteur se focalise sur des ouvrages nécessitant de la subtilité et de la sensibilité.
  • L’assistant juridique ne dissèquera plus des milliers de documents, mais aura du temps pour analyser les problématiques.
  • Les opérateurs des services à la clientèle interviendront pour apporter des solutions à des problèmes complexes.

Les métiers seront automatisés dans la mesure où l’affaire sera rentable.

  • Des restaurateurs de collectivité testent la détection des plats sur le plateau et le calcul de l’addition. Le coût d’installation est de 30 000 euros. Un caissier au SMIC coûte à l’employeur 18 000 euros par an. Au bout de 21 mois, le matériel est rentabilisé. Le caissier risque de disparaître, car du point de vue du business, c’est « une super solution ». Enfin, on espère que nombreux ceux qui vont aussi examiner les dégâts humains que ces « super solutions » vont commettre.
  • Le travail de fouille archéologique pourrait être effectué par un robot. Vu le peu de rentabilité de ce métier, il peut se passer quelques lustres avant que des entreprises développent ce type de robot.

Aidez-les à repérer les métiers qui ne seront pas automatisés

Ce sont les métiers qui disposent de l’une de ces trois caractéristiques.

  • Ils obligent à entrer en contact avec d’autres individus à comprendre les rapports sociaux.
  • Ils mettent en jeu de la créativité et une faculté à trouver d’astucieuses solutions.
  • Ils s’effectuent dans un environnement imprévisible.

Les intelligences artificielles ne sont pas empathiques. Elles sont incapables de fonctionner dans un environnement complexe. Elles sont programmées pour faire certaines tâches et ne peuvent pas s’adapter à l’existant. Les métiers d’enseignant, infirmier, entrepreneur, travailleur social, membre du clergé, artiste, kiné rentrent dans cette catégorie. On pourrait aussi ajouter prostitué, si au Japon, des robots et des poupées ne faisaient pas déjà très bien le job.

Faites leur découvrir les secteurs créateurs de nouveaux métiers

L’ intelligence artificielle

On aura besoin de professionnels pour :

  • Faire évoluer la technologie.
  • Imaginer de nouveaux usages.
  • Chercher les données,
  • Valider leur qualité
  • Concevoir des algorithmes.
  • Repérer les bugs.
  • Éduquer les intelligences artificielles.
  • Éliminer les biais,
  • Expliquer le fonctionnement des IA,
  • Vérifier que les décisions prises ne soient pas discriminatoires.
  • Superviser le processus.
  • Accompagner la mise en place de ces machines.
  • Former les humains à les utiliser.
  • Supprimer les freins liés à la transition intelligente.

L’aide à la personne

La population vieillit, le monde change. On va de plus en plus avoir besoin de professionnels pour effectuer ce qu’on appelle les trois C :

  • Caring: améliorer la santé et le bien-être des gens. Créer des liens sociaux de qualité pour les anciens.
  • Coaching : Aider les gens à s’améliorer dans certains domaines (pratique de la technologie, gestion de leurs finances, suivi de leur poids…).
  • Connecting: rapprocher l’homme et la machine, le physique et le virtuel. Dans l’avenir, l’homme va collaborer de plus en plus étroitement avec des machines. Il va doper son intuition et ses qualités de jugement grâce à l’intelligence artificielle et ses avatars.

L’environnement

La planète va mal. Il est urgent que le maximum de personnes s’attelle à :

  • Trouver des solutions pour diminuer le réchauffement climatique.
  • Envisager d’autres manières de produire et consommer,
  • Réparer les dégâts…

Donnez-leur de l’espoir

On recherchera de plus en plus des individus qui s’adaptent vite plus que des diplômés. Pour l’accumulation du savoir, les machines seront toujours plus performantes. Montrez-leur que l’intelligence artificielle a certes des défauts, mais elle va pouvoir aussi proposer des emplois de rêve. C’est à dire des boulots qui leur permettront en même temps de s’épanouir et de résoudre de manière plus intelligente de vrais problèmes de société.

ILS EN PARLENT