Hello le world, je suis un compositeur artificiel !

Une IA fabrique un album musical

Dans les années 80, il était de tradition pour un développeur d’utiliser « Hello World » comme message de test pour initier un programme. Aujourd’hui, Hello World est un album composé à l’aide d’une intelligence artificielle baptisée Flow Machines. Il génère des notes et des bribes de son considérées comme musicalement pertinentes.

Plus

Je suis assez persuadé que l’on assiste à la naissance d’une nouvelle génération d’outils pour faire des choses intéressantes musicalement.
François Pachet, chercheur en intelligence artificielle à l’origine du projet

L’IA va multiplier les capacités créatives des artistes.

Moins

La technologie sans le talent des artistes n’est jamais qu’une sale manie.  Même la valse musette la plus simple, ça nécessite déjà une intentionnalité pour faire quelque chose de beau, que les gens puissent apprécier. L’ordinateur, au fond, est encore très, très loin de savoir faire ça.
François Pachet

Comme les artistes sont souvent capricieux et onéreux, on va finir par oublier de faire appel à eux. On aura alors des musiques sans intention et émotion, prédigérées par des machines.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus

Des extraits

À la fin des années 1950, le programme Illiac avait réussi à composer une suite pour quatuor de cordes sous le patronage du compositeur américain Lejaren Hiller.